Enter the content which will be displayed in sticky bar

Moustiques

Moustiques

Les Culicidés, appelés moustiques1, ou encore maringouins2, forment une famille d’insectes appelée Culicidae. Classés dans l’ordre des Diptères et le sous-ordre des Nématocères, ils sont caractérisés par des antennes longues et fines à multiples articles, des ailes pourvues d’écailles, et des femelles possédant de longues pièces buccales en forme de trompe rigide de type piqueur-suceur. À ce jour, 3 546 espèces de moustiques réparties en 111 genres sont inventoriées au niveau mondial3 mais un bien moins grand nombre pique l’homme.

Les moustiques ont un rôle dans les écosystèmes mais avant tout en épidémiologie humaine et animale car outre qu’ils sont source de nuisance par les piqûres qu’ils infligent, ils sont le plus important groupe de vecteurs d’agents pathogènes transmissibles à l’être humain, dont des zoonoses4. Ils sont vecteurs de trois groupes d’agents pathogènes pour l’être humain : Plasmodium, filaires ainsi que de nombreux arbovirus.

Ils sont présents sur l’ensemble des terres émergées de la planète (à l’exception de l’Antarctique), tant dans les milieux forestiers, de savanes ou urbains, dès qu’une surface d’eau douce ou saumâtre, même réduite ou temporaire, est disponible.

Se protéger physiquement

Anti moustiquesLes moustiquaires peuvent être imprégnées d’un insecticide pour renforcer leur efficacité. Elles sont un des meilleurs moyens de protection.

Comportement

La femelle est attirée par le CO2 émis par l’hôte et dans une moindre mesure par une température entre 18° et 30° ainsi que la transpiration : l’humidité ainsi que l’odeur de celle-ci, accentuée par certains aliments (bière, fromages…). Certains médicaments comme les stéroïdes ou les médicaments anti-cholestérol attirent aussi les moustiques, ainsi que les parfums73.

Habillement

Il convient de tenir compte des horaires d’activité des moustiques afin de ne pas s’exposer inutilement. il est recommandé avant tout de porter des vêtements longs et couvrant tout le corps ; amples car les moustiques peuvent piquer à travers des vêtements serrés ; et de couleur claire car ils peuvent être plus sensibles aux couleurs foncées.

Moustiquaire imprégnée

La toile moustiquaire peut équiper les portes et les fenêtres, entourer les lits, berceaux ou poussettes d’enfant et même protéger le visage dans les zones fortement infestées. Elle sert aussi à empêcher les femelles de pondre dans les réserves d’eau.

La méthode de lutte donnant le meilleur résultat, notamment contre le paludisme, est l’utilisation de toile moustiquaire imprégnée d’insecticide. En 1983, au Burkina Faso, une première association insecticide-moustiquaire fut mise en place par imprégnation de moustiquaires dans la ville de Bobo-Dioulasso. Ces moustiquaires se sont avérées particulièrement efficaces contre les anophèles en termes de mortalité des moustiques et de réduction du taux de piqûres. Globalement, la moustiquaire imprégnée réduit de 36 % le taux de piqûres des moustiques par rapport à une moustiquaire non traitée et tue de l’ordre de 37 % des moustiques présents. La généralisation de leur emploi pourrait réduire de moitié environ l’impact du paludisme et de 20 % la mortalité infantile75.

Utiliser des répulsifs

Dans les zones infestées, la peau, mais aussi les vêtements, peuvent être imprégnés d’un répulsif à insectes. En fonction du type de peau, le pharmacien peut recommander un répulsif particulier. Lors de voyages, mieux vaut acheter sur place, les produits seront plus adaptés aux moustiques locaux.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande principalement ceux qui renferment du DEET (N,N-diéthyl-3-méthylbenzamide, auparavant appelé N, N-diéthyl-m-toluamide), de l’IR3535 (éthyl butylacétylaminopropionate) ou de l’icaridine (1-piperidinecarboxylic acid, 2-(2-hydroxyethyl)- 1-méthylpropylester).
Le répulsif le plus efficace est le DEET, mais de récentes études montrent une possible toxicité chez l’homme, en particulier pour les femmes enceintes et les enfants. On a recensé dans le monde douze cas de convulsions chez l’enfant depuis la mise en œuvre de ce produit, sans que l’origine de ces convulsions puisse être imputée au produit ; il s’agit donc là d’un principe de précaution que certains jugent abusif.

Les répulsifs à base d’huile de haricot de soja et d’IR3535 présentent une protection de plus courte durée.

Les autres répulsifs d’origine végétale, dont l’essence de citronnelle, ont une durée d’effet très courte et sont donc considérés comme inefficaces à l’extérieur. Selon l’OMS, les vaporisateurs, à la citronnelle par exemple, « peuvent aussi réduire les piqûres à l’intérieur des bâtiments ».

La culture, par exemple au rebord des fenêtres, de certaines plantes (citronnelle, lamiacées (labiées) tels que la mélisse, le thym, le thym citron, le romarin, la lavande, le basilic, le basilic à petites feuilles, les géraniacées tels que les geranium, en particulier le geranium citron, et pelargonium, pyrèthre, les plants de tomates, les capucines), aurait un effet répulsif.

Selon certains récits de vie à l’écart de la civilisation, la salive mélangée à du tabac pourrait être efficace. La nicotine est effectivement un excellent insecticide naturel. Le feu et la fumée éloigneraient aussi les moustiques, mais non sans conséquences pour la santé des humains qui respirent cette fumée[réf. nécessaire].

Les bracelets anti-moustiques sont quasiment inopérants. De même, les appareils anti-moustiques électroniques, censés éloigner les moustiques par émission d’ultrasons, sont en réalité inefficaces, la femelle étant insensible à ces vibrations.

Les pièges

La lumière nocturne attire les moustiques en général hormis les femelles en recherche de sang (la lumière est utilisée pour les attirer les moustiques dans les pièges qui servent à les compter93, en combinaison avec un morceau de glace carbonique94 qui émettra du CO2 destiné à aussi y attirer les femelles prêtes à piquer car quand elle cherche son repas de sang, c’est uniquement par l’odeur de sa cible et avant cela par le CO2 qu’émet cette cible qu’est attirée la femelle). C’est pourquoi les électrocuteurs d’insectes utilisant une lumière blanche ou ultraviolette pour les attirer, ont une très faible efficacité sur les moustiques femelles (elles constituent 0,2 % des insectes piégés)95. Ces dernières – avant la ponte – semblent essentiellement attirés par le dioxyde de carbone émis par la respiration puis par certaines molécules émises par la peau humaine (ou d’autres mammifères), la température pouvant aussi jouer un rôle73,96,76,76. Selon l’American Mosquito Control Association les UV sont inefficaces contre les moustiques femelles, mais une combinaison de LED à forte luminosité dans les tons bleus, verts, rouges et infrarouges dans certaines fourchettes de longueurs d’onde seraient à même d’attirer dans des pièges un large spectre d’espèces de moustiques, bien mieux que les pièges à dioxyde de carbone onéreux, encombrants et peu efficaces97. Toutefois, à l’échelle d’une collectivité, les pièges à moustiques à CO2 et « odeurs » permettent de constituer autour des habitations une barrière anti-moustiques efficace.

La prévention des moustiques

Le meilleur moyen de prévenir les infestations de moustiques est d’éliminer les sites de reproduction. Il faut inspecter les cours-arrière ou la propriété pour des lieux de reproduction possibles. Tout récipient qui peut contenir de l’eau pendant plus de trois jours doit être éliminé. S’il n’est pas possible, comme dans le cas des bains d’oiseaux ou des pots décoratifs, il faut s’assurer de les vider chaque semaine pour interrompre le cycle de croissance. Veuillez mettre au niveau ou remplir les fossés ou les trous inutiles. Gardez les étangs et les fontaines libres de mauvaises herbes ou de végétation, et assurez-vous de garder un courant d’eau régulier afin de prévenir la ponte d’œufs et la reproduction. Il est important d’entretenir la végétation pour éliminer les lieux de repos des adultes. À grande échelle, les communautés locales peuvent manipuler les systèmes de gestion des eaux à l’aide de fossés et de digues, et en adaptant les collecteurs d’eaux pluviales et les puisards. Pour vous protéger, l’utilisation d’un insectifuge et le port de vêtements de couleur pâle et de chemises à manches longues, aideront à réduire les piqûres. En cas d’une infestation généralisée, veuillez consulter un professionnel de lutte antiparasitaire.